16/09/2008

Sunday joli sunday...

 

097.JPG

 

099.JPG

 

106.JPG

 

103.JPG

 

107.JPG

 

108.JPG

 

113.JPG

 

You know why ? do you want to know why ?

Le pourquoi de cette petite ballade buccolique, des quartiers posh bohême au quartier just posh du Nord de Londres...

Hé ! Bien because le lecteur attentif (ou plutôt le lecteur dôté d'une bonne mémoire vu la régularité de mes posts !) se souviendra que les dieux du shopping n’étaient pas avec moi, en ce week-end du 15 août mais que  Londres oscillait entre rayons de soleil et averses rageuses, et que la lumière je dois dire était fort jolie sous ce ciel incertain… Alors en ce dimanche matin je décidais de m’offrir une petite balade bucolique le long du canal de Little Venice à Camden, à défaut de frusque je ramènerais des pictures… Je n’attendais rien de Camden, sinon d’y trouver un bus qui m’amènerait loin de l’agitation du flea market chouchou des ados des nineties dans un quartier sans intérêt du nord de Londres là où Burberry a choisi d’installer son outlet suffisamment loin du centre pour que les parisiennes en goguette renoncent à l’expé, difficile à caser dans un court week-end et aillent plutôt shopper dans l’une des boutiques du centre… C’est comme ça qu’en dépit de tous mes séjours londoniens et de ma passion pour les trench Burberry, je n’avais encore jamais franchi les portes dudit entrepôt : y bradait-on les fameux trench?

 

La ballade de Little Venice à Primerose Hill était bien agréable, et il fallait bien ça pour soutenir cet incroyable suspense, est-ce que j’allais oui ou non trouver une fichue frusque ou des foutues shoes à shopper dans les quelques heures à venir, mes dernières heures in London…

 

Il me restait deux cartes à jouer, première issue absolument géniale, je trouvais un trench le classique very very now, longueur aux genoux presque blanc avec ses boutons noirs, deuxième possibilité pas de trench, faut pas rêver pourquoi solder un basique dans un outlet, mais bon je trouverais bien une merdouille à shopper genre écharpe en cachemire, un truc comme ça alors je décidais de tenter ma chance d’autant que fuck l’outlet Burberry n’est pas si loin, un saut de puce, enfin une vingtaine de minutes en bus de Bricklane et ses vintageries dont le souvenir me rend toute chose…

Hé bien you know what ?

GOD EXISTS !* et il m'a accordé un petit discount de 35 % !!!

 

* Un petit peu d'info maintenant car je ne voudrais pas que le google visiteur reparte frustrer, alors oui à l'outlet Burberry on y trouve des trench, 3 ou 4 modèles dans différents coloris beige et noir, et même celui mis en avant dans les dernières campagnes, l'objet de ma convoitise donc... Mais pour ce dernier il faudra avoir un peu de chance, 3 tailles disponibles le jour de mon passage... Qu'est-ce que fout un basique dans un outlet, je me suis posée la question j'ai beau scruter l'objet sous toutes les coutures et sous toutes les lumières, je n'ai pas encore trouvé le défaut... des cachemires, des écharpes so preppy, des manteaux, des vestes, des jeans et même quelques modèles de la collection Burberry Prorsum mais là on se retrouve confronté au même dilemne que dans un outlet Versace v'voyez, non vous voyez pas tant pis...

 

28/08/2008

C'est samedi... c'est Notting Hill

Pour le marché, pour ses friperies...

Pour One of a kind, sur Portobello Road (253 Portobello Road) et son videur qui vous dévisage de haut en bas, avant de décider si oui ou non vous pouvez entrer dans cet antre du vintage aux portants qui dégueulent, c'est que c'est tout petit One of Kind, mais avec une belle optimisation de l'espace, du catalogue Ikea le propriétaire aura retenu qu'il ne fallait pas hésiter à tirer parti de la hauteur d'un mur et du moindre recoin... Donc n'entre pas qui veut, à cette heure-ci, ce jour-là de la semaine, et pendant que le videur à l'entrée renvoit sans ménagement deux touristes trop touriste, tout en me faisant signe d'attendre, j'ai tout le temps de contempler les photos de l'intérieur de la boutique Madonna et le beau black, la môme Moss et le beau black et enfin le beau black qui déboule me reluque de haut en bas : le  speedy ok, so parisian girl, la marinière ok, le pantalon carrotte ok, la grosse ceinture vintage à boucle de cuir : where do you find this, darling... La porte s'ouvre, la vache, j'ai l'impression d'avoir doublé la file d'attente au Studio 54 !

Mais le dieu du Shopping n'était pas avec moi, et après avoir enjambé 3 japonaises, m'être faufilé entre deux anglaises et avoir bousculé un couple d'italien pour accéder à un portant de vestes, je me suis dit qu'il y avait une jolie lumière dehors et que j'avais bien envie d'en profiter pour faire quelques photos en rejoignant Rellik...

052.JPG

087.JPG
089.JPG
067.JPG
093.JPG
060.JPG
051.JPG
076.JPG
071.JPG
086.JPG

21/08/2008

Londres... Fuck ! mais qu'est-ce que je fous Rue de Verneuil ?

La première fois que je suis allée à Londres, j’étais âgée de 13-14 ans, il s’agissait d’un genre de séjour linguitico-touristique, un voyage scolaire quoi… Nous logions dans un genre de youth hostel à Soho et très bizarrement nous prenions chaque jour notre tea-lunch sur Abbey Road, tout en face du studio d’enregistrement des Beatles, j’ai une image très nette de cette petite place avec un square au milieu trè british, je me souviens qu’il y avait une église probablement anglicane d’un côté et puis de l’autre le studio d’enregistrement. Et à chaque fois que je suis revenue à Londres ces dernières années, j’ai toujours voulu retourner à cet endroit mais à chaque fois l’éloignement la distance m’en ont dissuadé, le plus souvent parce que j’étais accompagnée et que je n’ai jamais réussi à imposer à quiconque ce petit pèlerinage si loin d’Oxford Street, Kensington Highstreet, Knightbridge, Notting Hill ou Chelsea, mes amis d’aujourd ‘hui n’avaient pas comme moi ces souvenirs là de la petite église, du tea lunch de la petite place avec ces perrons si coquet et ces immeubles en brownstone, vous voyez… Mais ce vendredi là, j’étais seule et un peu lassée de tourner en rond dans ce quartier en pestant contre mon moleskine et ces plans pas si bien fichues, bref je ne trouvais pas cette petite Bakery de Primerose Hill et ses fairy cake si fameux, c’est alors que je me suis aperçue que je venais de dépasser Abbey Road… Je la tenais mon occasion, mon petit pèlerinage ! Alors je rebroussais chemin à la recherche de cette petite place avec son square au milieu, sa petite église et son studio mythique en brownstone, jusqu’à ce qu’à un croisement je tombe sur de jeunes types assis sur un banc improvisant quelques folks sur des guitares unplugged ça m’a tout de suite fait penser à la tombe de Jim Morrisson à Paris, et de l’autre côté du croisement, une façade blanche, moderne, toute conne et recouverte de tags, c’est à ce moment que j’ai réalisé que ce nom d’Abbey Road en soi indiquait d’avantage une route qu’une place, et que très probablement sur la petite place, il y avait un disquaire avec dans sa vitrine un vieux vinyle et four boys qui traversent une route, et un prof d’anglais nous racontant les Beatles et moi, je devais l’écouter d’une oreille distraite…

 




044.JPG


043.JPG

 

19/08/2008

Londres... ça commence mal...

 

3 jours en solo à Londres et une to do list , longue comme le bras, de trucs à faire absolument : je crois que Stakhanov, himself, n’aurait pas renié mon plan d’attaque. Sauf que vous savez quoi, ce vendredi 15 août à 11h45, j’ai pris conscience d’un truc essentiel.

 

Je suis trop vieille pour Top Shop.

 

Les sirènes du marketing ne passeront pas par moi. Pas cette fois-là. Pas ici. Bien sûr, j’aurais pû l’emporter ce petit gilet en grosse laine à rayures, ou cette chemise à carreaux pour réchauffer mes tee-shirts American Vintage à coutures qui twistent et offrir à 2-3 d’entre eux, aux coloris moins flatteuses, et donc moins souvent portés, une deuxième vie. Bien sûr, le gros gilet et la chemise à carreaux à enfiler sur le tee shirt les matins sans inspiration, c'est-à-dire souvent, c’est tentant… Sauf qu’en y réfléchissant bien, et croyez moi quand on commence à réfléchir dans une cabine d’essayage, c’est comme ça que ça se termine mal dans les films d’horreur… Et là… il y a eux cette petite voix qui m’a dit :

1) 1) l’espérance de vie d’un tee-shirt American Vintage qui a déjà subi deux lavages est courte et 108 pounds qui ne devraient pas manquer de partir en bouloche et en vrille au deuxième lavage c’est cher, surtout si ça sauve pas le tee-shirt...

2) 2) ... Car pyjama sur pyjama…

 

MAMAN ?? Qu’est-ce que tu fous dans cette cabine… J’ai appelé la vendeuse, mais elle m’a bien assuré que non ma mère, my mother was not in the fitting room… Z’êtes sûre ce n’est pas elle qui flotte énorme comme un ballon de baudruche, comme dans un film de Woody Allen au-dessus de cette cabine… No, no... she said… Alors voilà... Je suis vieille, je resemble de plus en plus à ma mère… J’ai reposé le pull ET la chemise, anyway Top Shop est juste en face de mon hôtel au pire si j’ai rien trouvé d’ici là pour enrichir mon banquier qui se baffre d’agios le salaud, il sera toujours temps de revenir…

 

Et sur cette sage résolution, je me dirigeais vers Saint-James pour y tester le fameux breakfast du Inn the Park dont j’avais repéré l’adresse sur le blog de la méchante… C’est là que je me suis heurtée à un serveur intraîtable qui m’a expliqué que l’on ne servait plus de breakfast après 11H et que non non 11h10 c’était après 11h et qu’il était trop tôt pour un lunch…

Even if I eat very fast ??

 

Fuck it’s not my day ! Je me suis levée à 5h00 du mat’ pour n’avoir pas à faire la queue à l’embarquement, j’ai vu embarquer tous les passagers de l’Eurostar de 6h45, je n’ai même pas eu le temps ni de flâner dans les boutiques duty free de la Gare du Nord, ni d’y prendre un dernier crème, un vrai, un parisien, parce que les contrôles de sécurité se sont éternisées... J’ai bu un café insipide dans le train, j’ai pris conscience dans une cabine d’essayage du fait que je me mettais à parler comme MA MERE, et j’ai dû payer 2 pounds pour faire garder mon mini luggage à la fucking consigne de ce fucking hôtel qui prétend facturer des singles à 140 £ la nuit ( !!) et j’ai pas droit à mon petit déj ??

Trop de stress, je file à la campagne…

 

 

Hampstead, nord de Londres un petit village à 30’ de Trafalgar Square…

Un quartier posh de Londres...

 

009.JPG
Je crois que ce que j'aime le plus dans cette ville, c'est cette façon charmante
qu'elle a, de se laisser envahir par la nature...




023.JPG
Lorsque j'allais plus régulièrement à Londres il y a quelques années,
l'un de mes grands plaisirs était d'être, chaque matin, réveillée par le laitier...
Mais par un après midi du mois d'août, même un peu frisquet, les bouteilles sont vides...





039.JPG
J'aime le faux chat à la fenêtre, la poubelle rose dragée, et les petits géraniums...
c'est un peu kitsch mais c'est charmant, vous ne trouvez pas que les anglais
ont une façon charmante de décorer avec le désordre ?



022.JPG
Sur Row Church, autour de l'église, un petit cimetière laissé à l'abandon...


013.JPG


020.JPG
Dommage que mon Ixus n'ait pas de position macro,
en plissant bien les yeux, vous remarquerez une minuscule araignée ,
au centre de l'image (juste au dessus des baies)...
Et même si vous avez de très bons yeux, vous distinguerez la toile...



018.JPG
Qu'est-ce que je disais à propos du désordre, ha ! oui...


010.JPG
Même les impasses ont des noms charmants...
Oh ! j'adore....

031.JPG
Ok ! rien de très notable, simplement,
un autre trip à moi que j'ai avec l'Angleterre :
les portes colorées, et les porches...



026.JPG

ha ! et j'allais oublier : le brownstone!



030.JPG



034.JPG




038.JPG
à l'ère du téléphone portable, je me demande ce qu'il va advenir de ces cabines...
Déjà que les vieux cabs ont disparu,
et que les vieux bus sont remplacés par des trucs qui ressemblent à rien...


036.JPG
Ouais, sans intérêt... Mais brownstone + cheminée en zigzag +
la ligne de ce réverbère au premier plan,
mon ixus s'est déclenché tout seul !


042.JPG

Et puis à Hampstead, il y a un parc bien sûr !









01:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)